Ne nous méprenons pas, c'est surtout la consommation de videos porno qui est en train d'exploser en Afrique. Le porno africain en lui-même consiste plus par des sextapes d'anonymes. Pas la peine d'aller sur 4chan pour visionner des belles africaines nues en train de se faire démonter. La grosse tendance est aussi aux touristes blancs qui passent des vacances sexuelles, disons le du tourisme sexuel. Ils filment leurs ébats avec les jolies africaines du coin et postent leurs photos sur les forums. D'aucuns disent que la pratique est déplorable, elle attire énormément de fans. C'est au Cameroun qu'on a recensé le plus videos de sexe qu'on peut désormais qualifier de porno camerounais. Bien qu'il soit amateur, ce type de porno a ses adeptes et ses disciples. En effet, les femmes chaudes du Cameroun sont charnelles, sexuelles et sensuelles. Elles ont envie de leurs bites blanches et ne se privent pas de bien vider les couilles des touristes blancs. Pas de censure, sans filtre, ces videos rapides de 5 à 10 min ne sont pas de haute qualité mais attirent.

Des salopes camerounaises sans limite

Même si ces femmes ne sont pas payées, les salopes camerounaises semblent ne pas faire montre de limites. Pas de tabous, elles en profitent pour se lâcher avec ces babtous. Toutes les pratiques honnies dans leur foyer, leur couple peuvent avoir libre cours lors de ces échanges. La sodomie et la gorge profonde sont ainsi plus faciles avec des petites queues de babtous. Mais les salopes camerounais ont de la concurrence dans le porno africain avec les Ivoiriennes et les Sénégalaises qui ne sont pas mal non plus dans leur genre. Il est donc temps pour vous d'aller sur les sites spécialisés et les forums de sexe black d'Afrique. Si vous cherchez bien sur internet, vous allez certainement trouver. Mais en France, c'est bien sur Jacquie et Michel que l'on trouve les pornstars africaines ou à tout le moins, les femmes amatrices africaines qui acceptent de tourner des scènes. A Strasbourg Saint-Denis ou à Barbès, on peut en effet trouver sous le manteau des DVD porno avec des salopes camerounaises, togolaises ou béninoises.